The Strokes – Reptilia : Ce qu’un simple morceau de rock peut vous apporter en théorie musicale.

Salut à tous,

Je partage et j’explique ici la transcription que j’ai faite du morceau Reptilia des Strokes.

Je ne m’attarde pas sur le succès du titre, 66 589 985 de vues sur Youtube à l’heure où j’écris ce post, ni sur celui du groupe qui selon Wikipédia a vendu plus de 5 millions de disques.

Le rock indé, on connait, ça va droit au but, pas de fioritures, c’est plutôt efficace dans ta face ! Alors oui c’est vrai il ne faut pas s’appeler Back pour composer du Strokes, mais si vos connaissances en théorie sont limitées, peut-être avez-vous tout de même quelques astuces à retirer de l’analyse d’un morceau rock en apparence simpliste comme celui-ci.

L’objectif ici, c’est donc de voir ce qu’il peut y avoir d’intéressant dans l’analyse de ce type de morceau, afin de lister et d’organiser les notions de théorie musicale que vous devez apprendre ou revoir. Je n’expliquerai donc pas en détails chaque notion !

Si vous connaissez déjà vos intervalles, les gammes majeures, les tons voisins etc, passez votre chemin. Si tout celà est du chinois pour vous, restez, nous verrons ce que vous avez à apprendre.

Si vous voulez suivre avec la partition au format Guitar Pro, il faudra me laisser votre mail dans le formulaire ci-dessous.

Vous serez automatiquement inscrit à la newsletter, généralement hebdomadaire. Pas de spam, vous pourrez vous désinscrire à tout moment.

Alors trêve de bavardage, accrochez-vous et allons-y pour l’analyse !

Harmoniquement parlant, il n’y a principalement que deux accords, Si mineur et Mi majeur. Pourtant, comme nous allons le voir, définir la tonalité du morceau n’est pas si facile. Vous verrez qu’on pourra considérer d’autres tonalités qui se succèdent, notamment La majeur et Ré majeur qui sont des tons voisins…ça y est, déjà un gros mot. Oui mais les tons voisins, c’est comme le gras. En composition, c’est la vie.

Pour faire de la longue histoire une histoire courte, les tons voisins sont les gammes qui n’ont qu’une seule altération d’écart. Ces gammes voisines ou tons voisins sont très utilisés dans la composition pour apporter d’autres couleurs ou pour moduler par exemple. Pour plus d’explications, c’est ici.

Enfin bon pour l’instant restons basiques et refermons la parenthèse. On a deux accords, Si mineur et E majeur. Si on considère que le Si mineur est le I, alors le E majeur est le…IV ! Oui super, vous savez compter jusqu’à quatre et vous connaissez votre échelle de notes (Si = I, Do = II, Ré = III, Mi = IV…).

Si on regarde la mélodie du refrain, on voit qu’elle est construite sur les arpèges de chacun des deux accords. Sur l’accord de Si mineur, le guitariste joue la tierce mineure (Ré), l’octave et la septième mineure (La), puis la tierce majeure (Sol dièse), la quinte (Si) et la septième mineure de l’accord de Mi majeur. A noter que les notes de l’arpège de Mi majeur sont respectivement la sixte, l’octave et la tierce mineure du précédent accord de Si. Cette sixte, qui est la seule note qui n’est pas commune aux deux accords est la caractéristique du mode Dorien. Le mode Dorien étant le deuxième mode d’une gamme majeure, ça voudrait dire qu’on pourrait potentiellement être en La majeur !

Ça commence à chauffer ? Normal on fait appel à beaucoup de notions ici, l’objectif de l’article n’étant pas de les expliquer toutes mais de lister les notions qu’il y a à apprendre et dans quel ordre les apprendre.

Maintenant regardons le pont (seul moment où ça change d’accord). Il est construit avec les accords de Si mineur, Fa dièse mineur, Sol et La majeur, joués uniquement avec leurs tonique et la tierce à l’octave. La question que vous devez vous poser alors, c’est à quelle gamme appartiennent ces accords ! Réponse, ils appartiennent à Ré majeur. Si mineur est le degré VI, qu’on appelle le relatif mineur, Fa dièse mineur est le degré III, Sol le degré IV et La le degré V. Si tout cela ne vous parle pas, c’est qu’il vous manque la notion de ce qu’est une gamme majeure et son harmonisation.

Ok, toujours avec moi ? Continuons sur le solo. Il commence avec des triolets de croches sur une gamme de La majeur, celle-là même dont je vous ai parlé tout à l’heure, et il finit avec un Si mineur pentatonique. Si vous voulez faire une impro là-dessus, essayez donc quelque chose entre La majeur, B Dorien, et B mineur pentatonique, ça devrait fonctionner pas mal :).

Assez parlé d’harmonie, parlons rythme maintenant, ça sera plus simple. Ici, la croche est reine. Le bassiste envoi de la croche à gogo, la guitare rythmique ne fait que ça (8 croches par mesure, quasiment tout le morceau, médiator attaquant vers le bas), typique du style…

Pour la batterie, le traditionnel charley ou la ride joué sur toutes les croches de la mesure, la traditionnelle caisse claire sur le deux et le quatre, la grosse caisse sur le un et le trois, parfois sur le « et » du trois pour créer un autre groove, et on n’oublie pas d’astiquer la caisse claire sur chaque temps avant de repartir sur un refrain. Du très très classique !

Au final, pour un morceau de rock bateau tout bête, il y a quand même un paquet de notions à maitriser pour des débutants ou intermédiaires, voire des guitaristes avancés techniquements mais sans connaissances théoriques.

Si on dresse la liste dans l’ordre de ce que vous devez apprendre/revoir pour que vous soyez capable de relire cet article en comprenant tout sans problèmes il y a donc :

  1. Les intervalles
  2. La gamme majeure
  3. Un accord (donc un arpège également)
  4. L’harmonisation d’une gamme majeure
  5. La notion de progression d’accord
  6. Les modes, notamment le mode Dorien
  7. Les tons voisins (donc le cycle des quintes)
  8. La construction d’une gamme pentatonique mineure
  9. Les notions rythmiques de croche, triolet
  10. Avoir des rudiments de batterie

Avec le bon matériel et la bonne méthode, apprendre tout celà n’est pas si difficile que ça en a l’air. Ce ne sera pas immédiat, mais il ne faut pas non plus 10 ans pour y arriver. En fait, la plupart des gens (et j’en fait partie) mettent des années parce qu’ils ne font tout simplement pas le boulot. Et je les comprends, car il est rare de trouver des ressources claires et concises sur ces sujets là. Comme si le secret devait être gardé…

En tous cas, je vous engage fortement à vous lancer dans cet apprentissage là, vous ferez le plus grand bien à votre jeu et c’est la porte ouverte à la composition et l’impro !

Sur Hack-ta-guitare, tout cela (et pas que), nous allons l’étudier, le décortiquer, le décomposer, le voir et le revoir jusqu’à ce que tout soit clair pour vous, et que vous puissiez comprendre tout ce que vous faites, ce qui fera de vous un musicien plus complet et plus capable de composer, d’improviser, d’arranger…bref, de faire de la musique !

Partagez l'info, merci à vous !
Sam
 

Sam, votre humble auteur est un passionné de guitare. Il doit d'ailleurs être en train de jouer en ce moment ou de tourner une nouvelle vidéo ;).

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Leave a Reply: