The Sound of Muzak – Transcription commentée dans le style de Porcupine Tree

in-absentia

Salut à tous,

Cette semaine je vous propose de faire du prog en étudiant un morceau sympa à jouer et assez facile à apprendre. Il s’agit du morceau « The Sound of Muzak » de l’album In absentia du groupe de rock progressif Porcupine Tree sorti en 2002.

Le titre est connu des fans de prog pour son rythme de batterie original et son thème de guitare en clean implacable. C’est un morceau super pour vous faire travailler les changements de signature rythmique, la précision du médiator et la propreté du jeu. Il y a très peu de thèmes, donc le morceau s’apprend vite. Et de surcroit, le solo est chouette !

Pour suivre le commentaire, vous pouvez télécharger la partition au format PDF ici ou bien récupérer la partition guitar pro en vous abonnant à la newsletter ci-dessous. Si vous êtes déjà abonné, vous allez recevoir un mail avec la tab.

Recevez la transcription au format Guitar Pro !

N.B : Vous serez automatiquement inscrit à la newsletter du site et recevrez de temps en temps des astuces pour progresser. Pas de spam, vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Allez c’est parti !

Analyse harmonique

Un bémol à la clé, on est donc dans la tonalité de Fa majeur. Mais le morceau utilise principalement le VI degré, Dm7, qui est le mineur relatif d’où la couleur mineure du morceau. Rappelez-vous, dire qu’on est en Fa majeur ou Ré mineur naturel, c’est la même chose. Si ça n’est pas clair, peut-être devriez vous revoir un peu ce qu’est la gamme majeure.

Dans le reste du morceau, on trouvera des accords suspendus, notamment les degrés IV (Bb) et V(C) de Fa majeur ainsi qu’un magnifique EbM7 qui est étranger à la tonalité de Fa majeur. En réalité, il est à considérer ici comme le IV degré de Bb qui est un ton voisin de F majeur.

Aller chercher des accords dans les tons voisins est une technique de composition assez courante, c’est pourquoi je vous conseille grandement de regarder de plus prêt ce que sont les tons voisins si ça ne vous parle pas pour l’instant.

La tourne principale

Le thème principal est joué à la guitare électrique en son clean, sans doute sur le micro central. C’est un arpège claquant et appuyés au médiator sur les notes des accords Dm7 (VI) et EbM7. Du point de vue harmonique, l’originalité de la progression réside dans l’utilisation du EbM7 qui est étranger à la tonalité de F majeur.

En ce qui concerne la technique, on est au médiator et on garde un débit de double croche, ce qui fait attaquer pas mal de pêches en l’air. Il faut être précis sur les coups de médiator en haut  ou en bas. Regardez bien la figure ci-dessous pour ne pas vous tromper. les demis rectangles sont les coups de médiator vers le bas et les triangles sont les coups vers le haut.

tourne-principale

 

Refrain

Sur le refrain, il s’agit simplement d’accords plaqués suspendus (Dsus2, Csus2 et Bbsus2) qui donnent le côté aérien et planant. La place est laissée aux synthés et à la voix. La guitare est bien derrière dans le mix alors qu’elle a une place prépondérante ailleurs que sur le refrain.

Break et accompagnement du solo

La tourne principale est reprise à l’octave pour l’éclaircir et lui donner un côté plus brillant afin d’annoncer le solo qui va suivre. Elle est modifiée car les arpèges se font désormais sur Dm7 (VI) et Csus2 (V). Le doigté n’est pas évident sur l’arpège de Dm. Vous pouvez soit le prendre avec le D corde à vide sur les quatre premières cordes ou bien le jouer en barré avec le D sur la cinquième case corde de A. Le passage sur le C est alors un peu houleux.

Faites à nouveau attention à garder à la main droite le débit de la plus petite unité de temps, en l’occurrence la double croche.

Le solo

Le solo est intéressant au niveau du placement rythmique. Là ce n’est pas de débouler de la double croche qui est difficile, mais plutôt de faire sonner le bousin avec le bon placement, les effets de jeu, l’intention…C’est bien plus intéressant 🙂 !

Niveau harmonique, il est construit sur la gamme pentatonique mineure de D avec quelques notes du mode Aeolien (gamme mineure naturelle), notamment la seconde majeure, E, qui est assez marquée.

Le phrasé est à cheval entre deux mesures qui n’ont pas les mêmes signature. On alterne toujours entre une mesure en 3/4 et une mesure en 4/4.  Il y a plein de notes qui commencent sur des deuxièmes doubles croches, plein de slides et de bends, ça respire, je vous conseille vraiment de l’apprendre pour travailler la musicalité.

Conclusion

En résumé, c’est un morceau excellent pour travailler son débit, sa précision rythmique, son Son et sa musicalité. Steven Wilson n’est pas un guitar hero, c’est un compositeur de génie, un maitre du son et de l’arrangement. Je pense qu’apprendre son répertoire est excellent pour se développer dans les styles prog !

Voila tout pour « The sound of Muzak », j’espère que vous apprécierez de jouer ce morceau. N’hésitez pas si vous avez des questions ou des remarques.

Et à bientôt sur le site !

Partagez l'info, merci à vous !
Sam
 

Sam, votre humble auteur est un passionné de guitare. Il doit d'ailleurs être en train de jouer en ce moment ou de tourner une nouvelle vidéo ;).

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Leave a Reply: