4 façons d’apprendre à reconnaitre les intervalles à l’oreille

Les intervalles : 4 façons pour les reconnaitre à l'oreille

Pouvoir reconnaitre des positions d’accords et de gammes sur votre manche de guitare, c’est bien.

Pouvoir entendre et reconnaitre les intervalles qui composent des gammes et des accords, c’est mieux !

Trop souvent, nous les guitaristes, nous avons tendances à nous reposer sur nos bonnes petites positions apprises par cœur. Le danger avec ça, c’est d’en oublier l’essentiel : les oreilles.

La conséquence, c’est de se retrouver à jouer des plans sans âme et qui ne viennent pas de vous, de tourner en rond, d’avoir du mal à composer, etc.

Si vous vous reconnaissez là-dedans, la première étape pour vous, c’est d’apprendre les intervalles. Pour vous motiver sur cet apprentissage, j’avais réalisé une vidéo spécialement sur le sujet.

Mais aujourd’hui pour aller plus loin, je vous donne un coup de pouce pour vous aider à vous y mettre et je vais donc vous donner 4 façons pour apprendre à reconnaitre les intervalles à l’oreille.

Avant toute chose, je voudrais commencer par resituer ce que pour moi signifie apprendre les intervalles à la guitare.

Les quatre points à retenir pour apprendre les intervalles

Pour moi, il y a quatre choses à retenir :  Si vous en voyez plus, n’hésitez pas à les proposer dans les commentaires.

  1. Comprendre théoriquement les intervalles : c’est l’objet de mon petit guide que vous pouvez télécharger gratuitement dans la description de cette vidéo.
  2. Reconnaitre les intervalles à l’oreille : le sujet de cet article
  3. Traduire l’intervalle identifié à l’oreille sur votre manche.
  4. Mettre le nom des notes sur l’intervalle retrouvé. C’est à dire de passer de la position relative des sons à la position absolue sur le manche.

Dans cet article, je vais vous montrer la deuxième étape, à savoir comment reconnaitre les intervalles à l’oreille.

Mais avant tout si vous bloquez déjà sur la première étape (compréhension théorique des intervalles), genre vous vous demandez ce que c’est qu’une quarte augmentée ou une sixte mineure, surtout ne vous en faites pas une montagne et téléchargez gratuitement mon petit guide sur les intervalles dans la description de la vidéo. Je vous y explique tout clairement.

 

Go !

Reconnaitre les intervalles à l’oreille : la méthode de base

Il s’agit ici d’être capable de dire la nature de l’intervalle formé par deux sons que vous entendez, soit simultanément, soit de façon détachée.

Il y a plusieurs choses que vous pouvez faire pour cela.

La première chose, c’est d’identifier la hauteur de la tonique. C’est à dire être capable de retrouver le premier son en fredonnant ou en retrouvant le son sur la guitare.

Une fois que vous l’avez, il faut ensuite déterminer la distance entre cette tonique et le deuxième son. Pour cela, je vous conseille de fredonner la gamme majeure jusqu’à tomber sur le bon son.

Bien sûr, s’il s’agit d’une note étrangère à la gamme majeure, comme par exemple une tierce mineure, vous devrez vous en rendre compte lorsque vous arrivez à la tierce majeure : « ah zut, ce n’est pas la seconde mais ce n’est pas non plus la tierce majeure et pourtant elle est en-dessous de la tierce majeure…Ok c’est donc une tierce mineure. ».

Ça c’est vraiment la méthode de base quand on part de rien du tout. Mais une fois que vous serez un peu plus à l’aise, vous pourrez passer à d’autres types d’exercice dont je vais vous parler tout de suite.

Reconnaitre les intervalles à l’oreille grâce aux comptines et mélodies célèbres

Si comme moi vous avez le syndrome de la chanson de m**de dans la tête, vous aurez au moins la chance d’accélérer votre apprentissage des intervalles.

En effet, identifier le premier intervalle formé par le début d’une mélodie archi célèbre est un très bon moyen d’identifier durablement un intervalle particulier.

Ainsi :

  • la Marseillaise commence par un intervalle de quarte,
  • le petit bonhomme en mousse et la queue-leu-leu par un intervalle de tierce (vous allez m’adorer)
  • les copains d’abord commencent par un intervalle de seconde majeure
  • le générique des Simpson par une quarte augmentée

Alors bien sûr, cette méthode n’est pas limitée aux chansons pourries qui vous font des trous dans le ciboulot toute la journée et vous pouvez laisser libre cours à votre culture générale en musique.

Pour partager quelques références personnelles avec vous, j’associe par exemple la sixte mineure au début de Black Orpheus (standard bossa) ou encore au titre Sacrified Sons (aller à 1:17) de Dream Theater, ou encore à l’arpège de Dream Brother de Jeff Buckley…

Bref à vous d’établir vos propres références en fonction de vos goûts ! Mais cet exercice marche vraiment très bien parce que vous connaissez déjà par cœur ces mélodies qui vous sont chères…ou pas 🙂 ! Il est donc plus facile d’y associer le nom d’un intervalle.

Reconnaitre les intervalles à l’oreille en utilisant des applications d’ear training

Et puis bien sûr vous avez des applications dédiées à l’entrainement de la reconnaissance d’intervalles. Le principe est simpliste : vous appuyez sur un bouton pour entendre deux sons, un intervalle donc, et vous devez choisir la bonne réponse dans une liste de choix.

Certaines sont payantes, comme earmaster pro par exemple, mais d’autres sont gratuites. Je vous conseille notamment d’aller faire un tour sur ce site.  L’appli est vraiment super et fait largement le travail.

Vous pouvez en faire un petit peu chaque jour, genre deux à cinq minutes et ça vous fera vachement de bien.

Relever à l’oreille une ligne mélodique

Enfin, je ne le répèterai jamais assez mais il n’y a rien de mieux que le relevé pour forger votre oreille.

Le relevé consiste tout simplement à écrire sur papier ou à reproduire en chantant ou sur votre instrument une ligne mélodique quelconque.

Je vous conseille de prendre des mélodies simples au départ. Vous prenez un titre que vous aimez, vous retrouver la tonalité et ensuite à vous de trouver à quel intervalle corresponds chaque note de la mélodie !

C’est un exercice super intéressant et très formateur pour l’oreille. Après en avoir fait quelques uns, vous allez voir que ça vient assez vite et que vous aurez plus de facilités pour entendre les intervalles.

Et pouvoir repiquer une mélodie d’oreille rapidement, c’est quand même bien utile ;).

Conclusion

Et voila, maintenant vous avez toutes les clés en main pour reconnaitre les intervalles et développer votre oreille.

Je vous rappelle succinctement les quatre points abordés ici :

  • trouver la tonique et fredonner la gamme majeure
  • associer à chaque intervalle une mélodie connue
  • utiliser une application en ligne ou un pote
  • relever une ligne mélodique sans votre instrument

Si c’est la connaissance même des intervalles qui vous manque pour commencer ce travail, je vous engage à télécharger dans la description de la vidéo mon guide sur la compréhension des intervalles où j’explique tout clairement.

Ainsi les secondes mineures et autres quarte augmentées n’auront plus de secret pour vous.

Sur ce il ne me reste plus qu’à vous souhaiter une bonne gratouille d’ici le prochaine article.

N’hésitez pas à partager l’info si vous avez trouvé ça utile et que vous connaissez quelqu’un que ça pourrait intéresser. Et n’hésitez pas non plus à nous faire partager vos avis, retour d’expérience, encouragements, et toute autre intervention constructive.

Ciao !

Sam.

 

Partagez l'info, merci à vous !
Sam
 

Sam, votre humble auteur est un passionné de guitare. Il doit d'ailleurs être en train de jouer en ce moment ou de tourner une nouvelle vidéo ;).

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Leave a Reply: